Share

One Page Image

01

LOTFI SIDIRAHAL

Lotfi Sidirahal, fondateur de l’agence « Atelier Pod » se définit comme un créateur d’identités, il fait partie du club fermé des architectes designers invités à concevoir des hôtels de luxe à travers le monde.

Architecte diplômé de l’Ecole Spéciale d’Architecture de Paris, il connaitra la consécration très tôt, Il n’a que 22 ans lorsque ses premiers travaux sont exposés dans différents musées dans le monde et publiés dans des ouvrages d’éditions prestigieuses.

Son approche innovante abolissant les frontières entre les différentes disciplines du design, et une profonde compréhension de l’univers des marques lui permirent de devenir aujourd’hui une des valeurs sures de l’hôtellerie internationale. Il est sollicité par de nombreux groupes prestigieux tels que Accor, Four Seasons, Anantara et Fairmont pour lesquelles il signe des œuvres innovantes en parfaite adéquation avec leur environnement.

En 2017, il remporte 7 récompenses internationales dont le prix de Versailles à l’UNESCO à Paris et deux « A design Awards » à Milan en architecture et architecture intérieure, une des plus grandes manifestations de design au monde.

02

RENCONTRE AVEC
LE MONDE DU
LUXE

Son intérêt pour l’univers des marques le conduit à s’associer à Paris dans l’agence de design « Nebka » spécialisée dans le luxe et qui avait pour clients Kenzo, Armani, Clarins, Guerlain, … Il retiendra de cette expérience une grande maitrise des codes de l’industrie du luxe et affute ses outils qui lui serviront à détourner les univers des grandes maisons pour les emmener vers de nouvelles directions.

Après le luxe et les expérimentations architecturales, Sidirahal s’intéresse au design hôtelier, auquel il apporte sa vision singulière chargée de ces expériences passées dans le monde de l’art contemporain et l’avant-garde architecturale.

Avec une participation à plus d’une vingtaine de projets hôteliers, son agence « Atelier Pod », basée à Paris, Casablanca et Dubai est aujourd’hui référencée par diverses enseignes internationales comme Accor, Four Seasons, Marriott, Anantara, …

04

Univers

La couverture en mouvement.

Le terme « cinéma » est l’apocope de « cinématographe » (du grec κίνημα / kínēma, « mouvement » et γράφειν / gráphein, « écrire »), tandis que le terme émotion (de l’ancien français, au xiiie siècle « motion ») vient de la racine latine emovere « mettre en mouvement ».

Le monde est en mouvement. Du plus petit proton au système solaire dans sa globalité. Curieusement, la mutation des concepts abstrait et des sociétés humaines n’ont rien à envier à cette impulsion.  Le mouvement est omniprésent et avec l’émotion, ils semblent régir la vie, et en grande partie l’univers créatif de l’architecte Lotfi Sidirahal.

Sa vision est cinématecturale, assemblage des racines cinéma (Mouvement) et tecture (Toiture), littéralement : la couverture en mouvement.

Vision mêlant singularité et discontinuité, sa position critique remet en cause, non seulement les formes, les matériaux, mais aussi le mouvement du corps et son évolution dans l’espace. Cette appréhension intellectuelle de l’espace qui s’oppose à l’approche statique formelle ou fonctionnelle ne date pas d’aujourd’hui, et transparait dans tous ses projets depuis la fin des années 90 où il crée le Nomambule, une couverture portable qui se retrouve exposé dans les musées partout dans le monde et fait le lui une référence internationale en Nomadisme architecturale.

Des surréalistes français, aux réalisateurs de Fantaisie américains en passant par les compositeurs de musique viennois, les sources d’inspiration de Lotfi Sidirahal ne sont que très rarement de l’ordre de l’architecture et du design, ce qui lui confère la singularité d’une approche narrative dans toutes ses créations. Lorsqu’un designer crée un objet, Lotfi ficèle une histoire. Là ou un architecte stylise l’espace, il fait de la vibration dans des mises en scène où après avoir installé l’utilisateur dans le confort, il s’applique à le surprendre. La répétition et le contraste ainsi qu’une succession de climax définissent ses projets.

Dans cette approche narrative l’objet créé n’existe qu’à travers sa perception. Les yeux dans leur globe bougent autant qu’un corps humain dans l’espace, la perception est donc toujours en mouvement. La conception de l’espace devient un séquençage, des séquences d’émotions liées par le mouvement. A noter aussi ici que le mouvement est non seulement dans la transition entres séquences/espaces, mais aussi dans la manière de percevoir chaque séquence/espace elle/lui-même. Claude Parent et Paul Virilo dans le manifeste architecture principe « L’homme doit être concerné constamment, participer à une action, un spectacle […] » nous rajouterons ici, une histoire : L’homme doit être concerné constamment, participer à une action, un spectacle, une histoire.

5

CREATIONS

06

ahead award for best spa resort

for anantara jabal akhdar

08

COLLABORATIONS ET
PARTENAIRES